Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 07:43
American sniper

Le début d'American Sniper donne une grille de lecture pour tout le cinéma d'Eastwood: l'humanité se divise en brebis qui subissent; en loups, les prédateurs qui veulent dépouiller les brebis et en chiens de berger qui veillent sur elles.

Tout son cinéma fait le portrait de ces héros - les chiens de berger- qui prennent sur eux la violence nécessaire à la défense des brebis contre les loups. Pale Rider, les héros d'Impitoyable,de Gran Torino et bien sûr,Chris Kyle,le personnage principal d'American Sniper sont des chiens de berger.

Cette thématique issue du western a parcouru toute son oeuvre, en montrant l'ambiguïté de l'usage de la violence au cinéma à la fois spectaculaire et donc cinématographiquement excitante, à la fois répugnante dans ses conséquences humaines mais nécessaire pour lutter contre le Mal.Cette conception semble sortie d'une lecture bigote de la Bible et du pêché originel.

Le cas de Chris Kyle, tireur d'élite qui a tué plus de 160 personnes au combat est exemplaire du héros eastwoodien. Il se vit comme un sauveur de l'Amérique mais Eastwood montre ses doutes qui sont essentiellement mis en scène dans ses relations avec sa femme souvent en pleurs. Ces scènes répétitives donnent au film un tour machiste désagréable.

La guerre est filmée avec le réalisme des films de Kathryn Bigelow, loin de la stylisation des films sur le Viet Nam des années 70. Les scènes d'action sont réussies même si le duel à distance avec le sniper syrien paraît artificiel.

Chris Kyle ressemble à un héros de Howard Hawks qui réussit à merveille sa mission mais l'inscription de ce récit dans l'histoire contemporaine évoque plutôt le cinéma de John Ford bien qu' Eastwood ne s'interroge pas vraiment sur l'engagement américain en Irak.

Curieusement à la fin du film, la disparition dérisoire de Kyle n'est pas filmée. Eastwood préfère filmer les hommages officiels de la Nation au héros.

Il ne lève pas les ambiguïtés de Chris Kyle, un technicien de la mort.

Son film met en scène un personnage qui a vraiment existé, il lui prête des scrupules q'il n'a peut être jamais eu.

Ces interrogations byzantines sur la violence conviendraient mieux à un film de pure fiction plutôt qu'à ce biopic truqué.

American sniper

Partager cet article

Repost 0

commentaires

american machist 09/05/2015 23:35

ce film dit également que toutes les femmes font partie de la catégorie des moutons... béééh, ça fait beaucoup de moutons ça, heureusement que les hommes sont là pour nous protéger :O

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens