Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:04
Le journal d'une femme de chambre

Encore une très belle réussite de Benoit Jacquot qui depuis quelques films réalise des oeuvres maîtrisées et vibrantes. Grace à Léa Seydoux, il brosse le portrait de la Belle Epoque qui vue du point de vue de la femme de chambre apparaît bien sinistre. Un monde où la frontière entre domesticité et prostitution n'existe pas ,où le harcèlement est la règle.On suit la femme de chambre souvent de dos, courant sous les ordres et les contre-ordres de la patronne. Les seconds rôles surtout les bourgeois mais aussi les domestiques sont aux limites de la caricature mais restent humains.Le film très bien photographié, caméra à l 'épaule. Il n'est pas figé dans l'académisme qui guette le film en costume. La musique de Bruno Coulais ajoute à l'émotion de cette femme qui court vers une liberté sans doute illusoire.Bien plus sensible que la femme de chambre de Bunuel, interprétée par une Jeanne Moreau insolente, forte qui ressemblait plus à une abstraction,à une déesse de la vengeance, celle de Léa Seydoux résiste plutôt intérieurement mais elle ne parvient pas à échapper à la domination d'une société machiste et antisémite qu'elle semble avoir inconsciemment intériorisée malgré sa lucidité et sa vaillance. C'est pourquoi elle choisit de partir avec le personnage interprêté par Vincent Lindon, fasciste et délinquant sexuel.

Le journal d'une femme de chambre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens