Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 07:18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Silence est un film très ambitieux, un film d'aventures et un film d'interrogation spirituelle comme on n'en voit plus.En montrant le martyre de prêtres qui cherchent à convertir des japonais au catholicisme au XVII ème siècle, Scorsese pose des questions qui restent sans réponse véritable.

Il décrit avec les moyens du cinéma des personnages pris au piège d'une réalité qu'ils cherchent à dépasser spirituellement. Il retrouve des éléments du cinéma de Kurosawa: brutalité des puissants, présence d'un personnage totalement perdu (le judas du film), Interrogation métaphysique et il empreinte également aux figures du cinéma de Mizoguchi: les barques sur l'eau, les personnages enchaînés sur des chevaux, la crucifixion (les amants crucifiés).

Comme le disait Deleuze à propose de Kurosawa plus important que les péripéties du scénario, c'est une question spirituelle que met en scène le cinéaste et peu importe la réponse.

Ici, Scorsese montre le mystère de la foi et les figures de la fidélité à cette foi lorsqu'elle peut conduire à la mort, la sienne propre et celle des autres.

Il le fait de façon répétitive parce que le film est comme une spirale qui progresse vers une réponse énigmatique. Les prêtres veulent sauver des âmes avec toute leur sincérité et les japonais ne veulent pas voir supplanter leurs dieux ancestraux.

Cet affrontement semble mener le personnage principal de l'héroïsme intransigeant vers une sagesse plus humaine. Il y a un suspense permanent sur ce qu'il va faire, se renier ou rester intransigeant dans sa foi. Le film oppose sainteté et humanité. Le personnage le plus bouleversant est celui du traître qui abjure en permanence sa foi mais persiste à demander pardon.

La dernière image est une conclusion ambiguë qui montre la résistance et l'énigme des forces de l'esprit. Au contraire d'une philosophie utilitariste qui a gagné dans l'ensemble du monde unifié par le Marché: la quête du bonheur individuel universel, le film montre que des valeurs transcendantes peuvent énigmatiquement concerner certaines personnes.

Après Eastwood qui rappelait ce qu'est une héros eastwoodien dans Sully, Scorsese décrit un héros scorsesien - christique- dans Silence. Les anciens du Nouvel Hollywood font de la résistance.

Silence

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens