Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 08:08

Rezo Films

Naufrage.Rohmer grand cinéaste commet avec son nouveau film une oeuvre qui ressemble à la caricature qu'en font ceux qui détestent son cinéma.Cette histoire d'amour bucolique gauloise et baroque,est mal filmée(les scénes de jeunes gens vétus de blanc batifolant dans les champs,des fleurs dans les cheveux,débitant des dialogues écrits dans un vieux français ridicule est insoutenable) et mal photographiée (constamment floue).Elle ressemble à une parodie de Rohmer par les Nuls ou à un sketch gaulois dont avait le secret Roger Pierre et Jean Marc Thibault (vedettes TV des années 70.).

Cécile Cassel et Andy Gillet. Rezo Films

Le sujet de Rohmer a souvent été la bétise de ses personnages -leur aveuglement-qu'il savait filmer avec la distance exacte entre ironie et compassion sans jamais de mépris.Cette distance unique entre l'action et la narration faisait de lui un maître de la comédie morale et un maître du cinéma.Mais dans les amours d'Astrée,il passe purement et simplement du côté de la bétise.

Qu'est ce qui a pu l'interesser dans cette histoire ?Filmer un travestissement pour montrer la confusion des sexes comme on en voit souvent dans le cinéma d'aujourd'hui ?Raconter une histoire de résurrection ?Retrouver son théme de l'amour idéal bafoué par la réalité ?

La fin du film qui utilise le travestissement parachève le ratage.Au cinéma la proximité du point de vue rend invraissemblable que l'amante ne reconnaisse pas son amant déguisé en fille.Cette convention désuette finit de rendre le film obsolète.

A fuir.

Véronique Reymond, Andy Gillet et Cécile Cassel. Rezo Films



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens