Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 08:44

Il n'est pas facile d'écrire sur un conte de Noel parce que le film montre une famille où règne au moins autant de haine que d'amour et cette ambivalence met mal à l'aise.

Le film raconte l'histoire d'une famille hantée par la perte par leucémie de l'ainé des enfants à l'age de six ans et montre une famille qui s'est structurée sur cette disparition.

Anne Consigny, Hippolyte Girardot et Catherine Deneuve. JC Lother / Why Not Productions

A Roubaix,les parents,les enfants et les petits enfants se retrouvent pour la première fois depuis des années,le cadet ayant été banni poursuivi par la haine obscure de sa soeur ainée.

La mère,elle aussi débute une leucémie et a besoin d'une greffe de moelle.Le fils maudit et un petit fils schizophrène sont des donneurs compatibles.

Mathieu Amalric. JC Lother / Why Not Productions

Le père admirablement joué par Jean paul Roussillon semble être le socle de la famille mais un peu ailleurs enfermé dans le jazz et peut être dans le souvenir du fils ainé disparu.La mère Catherine Deneuve impressionnante paraît assez indifférente à sa maladie et hésite à se soigner et à demander de l'aide à ses rejetons.

Emmanuelle Devos et Jean-Paul Roussillon. JC Lother / Why Not Productions

Le film comme souvent chez Desplechin est polyphonique.il suit plusieurs lignes qui se croisent et se répondent.La ligne principale du film est la présence de la mort,la disparition qui hante les vivants et cette ligne se conjugue avec une inversion où le fils donne la vie à sa mère et cela est montré littéralement lors du filmage de le greffe de moelle.Ce thème du sang qui revient dans tous ses films fait que ses films échappent à l'anecdote et leur donne un arrière plan métaphysique.Cette ligne principale se croise avec de nombreuses autres histoires:celle de la haine de la soeur pour son frère,personnage de raté,alcoolique poursuivi de la haine de sa mère.Le neveu qui entre dans une schizophrénie.

Un arrière plan qui  rappelle les haines familiales des films de Bergman dont le dernier Saraband est un cruel exemple.Il y a dans ce film une recherche du mythologique donnée par les prénoms des parents et il montre ce moment troublant où les parents-les dieux-par la veillesse et la maladie deviennent les enfants de leurs propres enfants.La présence de la psychanalyse qui renvoie le développement psychique à la mythologie enrichit le film sans lourdeur.  

Il montre également une histoire d'amour ratée entre Chiara Mastroianni et le cousin de la famille,il montre la force de son mari-le dernier des trois enfants-joué par Melville Poupaud qui semble avoir vécu protègé.

Chiara Mastroianni. JC Lother / Why Not Productions

Un abord mathématique de la question de la mort est utilisé par le gendre de Deneuve qui lui démontre l'intérêt rationnel de se soigner sans totalement l'emporter.

La présence de l'amie d'Amalric-Emmanuelle Devos-apporte un peu d'air dans cette famille un rien faisandée.C'est après un shopping avec elle que Deneuve décide de se soigner.

Mathieu Amalric et Catherine Deneuve. JC Lother / Why Not Productions

Malgré sa richesse le film évite la confusion et le schématisme dans lequel Desplechin est souvent tombé par le passé.Il filme des instants brulants et utilise un montage brutal sans explication.On ne comprend pas tout dans le film,les scènes s'enchainent sans cohérence apparente comme un collage surréaliste.La méchanceté de la soeur-Anne Consigny-reste un mystère.

L'interprétation d'Amalric hallucinée et de tous les acteurs est extraordinaire,elle vaut à elle seule le déplacement.

L'utilisation de la musique:jazz,baroque,Mendelsohn,indienne est composite comme le film admirablement composée.

Ce film dépasse Esther Khan,le meilleur film de Desplechin jusqu'à ce jour.Esther Khan était son film le plus linéaire et le plus réussi.Celui ci polyphonique a autant de force et c'est un tour de force.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens