Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 07:58
Sony Pictures Classics
Etreintes brisées est de toute façon un beau moment de cinéma parce qu'il est signé Almodovar et interprété par Penelope Cruz dernière star du cinéma mondial.Mais le film souffre d'une frénésie narrative proliférante qui rend terriblement arides les premières et dernières parties du film.Le film ne trouve son rythme que dans la partie médiane,celle précisément où Penelope Cruz apparait.Sa tentative de réincarner la star hollywoodienne et singulièrement Audrey Hepburn n'a rien de pathétique et nous emporte dans ce lieu magique,ce pays de rêve auquel le cinéma nous donne accès. 
Penélope Cruz. Sony Pictures Classics
L'intrigue principale est celle du plus vieux théatre du monde:l'histoire de l'ingénue amoureuse d'un homme de son age et séquestrée par un vieux barbon.Sur cette trame archi-classique,Almodovar introduit des variations en nombre infinies qui renvoient à l'histoire du cinéma et à sa propre filmographie.Citations de Voyage en Italie,d'Ascenseur pour l'échafaud,de Blow up du nom de Tonino Guerra...L'histoire de ce cinéaste qui devient aveugle rappelle de manière lointaine le Hollywood Ending de Woody Allen dans lequel la même mésaventure arrivait au metteur en scène américain.Finalement avec Almodovar comme avec Woody Allen même quand le film n'est pas tout à fait réussi c'est à dire qu'ils n'ont pas réussi à construire une oeuvre avec sa nécéssité organique,on est heureux de les retrouver.Leurs films deviennent comme des lettres d'amis lointains qui donnent de leurs nouvelles.On retrouve avec plaisir le petit théatre d'Almadovar,les décors peints aux couleurs criardes,les jeunes hommes un peu trop beau,la drogue et le sexe libérateurs et asservissants à la fois,les rancoeurs autour des filiations incertaines,la présence de la mort qui rôde et teinte l'humour d'amertume.

Lluis Homar et Penélope Cruz. Sony Pictures Classics
Ici Almodovar montre sa foi intacte dans le cinéma à travers son plaisir de filmer son actrice principale et il se plait à faire le portrait d'un cinéaste aveugle qui continue de faire du cinéma en écrivant et en montant son film à l'oreille.Ce jeu de l'image et du son et finalement,l'affirmation que la justesse est une affaire d'oreille plus que d'image-le film ne cesse de nous mettre en garde contre les images-voir la belle scène où le barbon fait lire sur les lèvres de sa femme et de son amant les preuves de son infortune-fait de ce film d'Almadovar,cinéaste proche du chromo un émule du très austère Antonioni,c'est surprenant de la part du héraut du simulacre et du travestissement.On est déjà dans l'attente de son prochain film... 


Voir aussi Volver,Vicky Cristina Barcelona



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens