Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 07:16

Haut et Court

Tu n’aimeras point est un film qui allie une réflexion éthique et politique à une véritable maîtrise formelle ce qui est rare. Son sous-titre,eyes wide open renvoie bien sûr au dernier film de Stanley Kubrick-eyes wide shut- qui comme tu n’aimeras point montre l’irruption d’une sexualité envahissante  dans la vie d’un homme rangé,  marié et bon père de  famille. Mais dans le film israélien, l’audace est nettement plus grande puisque le personnage du film est un boucher-Aaron- qui vit dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem et non à New York .De plus, l’amour dont il s’agit est  un amour homosexuel .Aaron décide de vivre cet amour contrairement au personnage de Kubrick qui déambule pendant une nuit dans un monde de fantasmes  sans passer à l’acte.

Comme dans  tous les films israéliens, on retrouve le thème de  la filiation difficile. Aaron ouvre la boucherie  de son père qui vient de mourir. Il installe le chapeau de son père face à lui. Ces chapeaux présents dans presque tous les plans du film, rappellent à Aaron de façon insistante la Loi du père. Survient dans cette échoppe un jeune homme très beau, sorte d’ange révélateur comme le personnage de Terence Stamp dans Théorème de Pasolini. Aaron se sent attiré par lui, et le film raconte le drame de ce boucher qui doit faire taire ses sentiments avec la même fermeté qu’il découpe la viande casher. Il le vit d’abord comme une épreuve qui peut affermir sa foi puis s’y abandonne. Le film donne un sentiment de claustration dans la boucherie comme dans le quartier de Mea Shearim mais le thème de l’eau- la pluie est très présente et l’étang où les hommes se libèrent-illustre cinématographiquement un monde originaire de pulsions que la religion ne peut pas totalement étouffer.

Zohar Strauss et Ran Danker. Haut et Court

Le film est réussi parce qu’il échappe à la caricature. Il garde un certain équilibre-la femme d’Aaron et son rabbin comprennent ce qui lui arrive et essaient de l’aider sans le condamner même si certains religieux le menacent. Il est loin de la violence d’Amos Gitai envers les religieux dans Kadosh ou de la complaisance à leur égard de My father,my lord.

Le film est très bien photographié, le rôle de la lumière y est primordiale et la présence d’un éclairage au néon tout au fond de la boucherie rappelle là encore Kubrick : lumière de diable ou lumière de Dieu ?

Ce film qui se déroule dans un milieu très particulier est en fait universel mettant en prise les hommes et leurs désirs. La tension y est bien sûr maximale chez ces religieux ce qui rend le film particulièrement sensible et émouvant.

Zohar Strauss et Ran Danker. Haut et Court

Les bonus permettent de voir l’équipe du film au travail. Ce sont des laïques respectueux de ceux qu’ils filment. Tabackman travaille avec une grande précision les cadrages et la direction d’acteurs. Il  y a d’autres bonus interessants qui permettent de mieux comprendre la position de la religion juive au sujet de l’homosexualité.

Un DVD à voir.

Tu n'aimeras point

Un film de Haim Tabakman avec Zohar Shtrauss et Ran Danker

Distribution : France Télévisions Distribution

http://boutique.francetv.com/

Date de sortie : 13/01/2010



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens