Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:09

Valse avec Bachir sort en DVD dans une édition soignée avec des planches de bande dessinée qui reprennent le début du film et des bonus qui mettent l'accent sur l'originalité du film-le premier documentaire d'animation-comme l'appelle Ari Folman qui ne craint pas les paradoxes.

Le cinéma israelien en plein essor est passionnant mais souvent peu innovant dans la forme.Ce n'est pas le cas de Valse avec Bachir où l'animation apporte à la fois une dimension spectaculaire-le graphisme et la musique sont très réussis-et très intime,onirique même .

Ari Folman y raconte sa propre histoire de soldat engagé dans l'armée israelienne au cours de la guerre du Liban en 1982, témoin du massacre de Sabra et Chatila -un camp palestinien-par les milices chrétiennes.Vingt ans après la guerre,Folman se rend compte qu'il a refoulé les souvenirs de cette époque de sa vie,il en garde quelques images récurrentes qui le hantent mais il en a oublié l'essentiel.Le film raconte la quête de cette mémoire perdue.

New Israeli Foundtion for Cinema & Television

La plus grande réussite du film est de nous faire participer aux émotions de ce soldat de base,ce personnage de dessin animé,devenu une machine à tuer,un rouage de l'armée.A la mécanisation de la guerre:les chars,les avions,les hélicoptères,répond l'animation saccadée des soldats pris dans un devenir machine.La peur,l'angoisse,la honte sont ressentis par ce personnage comme s'il s'agissait d'un véritable acteur et toutes les scènes de guerre sont impressionnantes,non limitées par les contraintes budgétaires et logistiques d'un film classique.  

New Israeli Foundtion for Cinema & Television

Seul petit bémol,les scènes intimistes à deux ou trois personnages donnent le sentiment contrairement aux scènes d'action de donner de moins d'émotion que si elles avaient été jouées par de véritables acteurs. 

Quoiqu'il en soit le film est une réussite artistique:le graphisme,l'utilisation des couleurs-les dominantes oranges et noires des scènes de guerre et de massacre-,la musique qui mèle un rock agressif,une musique planante et une partition tragique de Schubert font de Valse avec Bachir un film inoubliable.

Un film dont les préoccupations recoupent celles de tout le cinéma israèlien actuel mis sous le signe du sacrifice d'Isaac par Abraham,du sacrifice des enfants par les parents dans ce pays en guerre permanente où chaque citoyen est un soldat.Ce thème court dans des films très divers de The Bubble à My father,my Lord,de Beaufort aux Méduses.Les cinéastes israèliens contemporains reprochent amèrement à leurs parents de les avoir fait naître dans un pays menacé,acculé pour survivre à l'agressivité.Mais c'est un pays qui est quand même capable de produire un film comme Valse avec Bachir -financé en partie avec des fonds institutionnels-qui relate avec courage un des épisodes les plus noirs de l'histoire du pays.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens