Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 07:51

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/84/61/15/19845839.jpg

David Fincher,spécialiste des films de serial killer-Seven,Zodiac-se devait d'adapter Millenium au cinéma.Le film est une enquète menée par un journaliste et une femme-détective privée d'un nouveau genre-sur une série de crimes dans une riche famille suèdoise.

Fincher accumule les indices et les péripéties non sans obscurités pour ceux qui n'ont pas lu le livre.La violence du film est plus poussée que ce que l'on voit d'habitude.L'utilisation de l'anglais dans cette histoire qui se passe en Suède reste un écueil.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/81/15/19863920.jpg

Le film est efficace,les acteurs excellents-mention spéciale à Mara Rooney-mais il n'est pas plus qu'un bon polar.Il ne transcende pas le genre comme le faisaient Hitchcock ou Lynch qui le transcendaient en faisant du parcours de l'enquète,une cartographie mentale des pulsions,de l'inconscient des personnages de leur film.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/29/73/19863457.jpg

Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 07:04

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/12/86/19974914.jpg

J.Edgar est le portrait d'un héros américain.Depuis 40 ans,Eastwood s'interroge sur ce qu'est un héros,avec au fil des décennies une ambiguité de plus en plus grande.Il en arrive aujourd'hui au sinistre Hoover,patron du FBI pendant 48 ans,policier scientifique,organisateur hors pair,paranoïaque anti communiste et maître chanteur.Le secret de sa longévité? Les dossiers qu'il possédait sur les 8 présidents sous lesquels il a règné.

Le film montre qu'il a organisé sa légende en apparaissant dans les bandes dessinées et les journaux,en rédigeant ses mémoires.Il s'est mis en scène en flic de terrain qu'il n'était pas. 

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/12/86/19864547.jpg

Mais comme le titre l'indique,c'est le Hoover intime qui a interessé Eastwood,le Hoover vieilli,homosexuel refoulé,dominé par sa mère qui a vécu une histoire d'amour-platonique ?-avec son second,Tolson.

Le film trouve son rythme dans la dernière demi-heure du film.La première partie qui montre l'ascension de Hoover et son récit de sa vie pour écrire ses mémoires est rapide, plus exécutée que mise en scène.Eastwood semble s'être plus interessé au personnage vieillissant qui ne comprend rien à la fin des années 60 et au mouvement des droits civiques de Martin Luther King et se retouve avec son companon face à la mort.Mais si le maquillage de Di caprio est convaincant celui de Tolson est  hideux.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/12/86/19864548.jpg

Di Caprio donne une interprétation magistrale d'énergie,de névrose et de mauvaise foi.J.Edgar est une sorte d'aboutissement de l'oeuvre d'Eastwood.Le héros est déconstruit dans toutes ses dimensions,affectives,sexuelles,professionnelles.Les héros de cinéma comme ceux de la politique américaine sont exténués depuis bien longtemps.

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 07:43

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/98/48/19840048.jpg

Cronenberg est un cinéaste singulier,spécialiste d'un cinéma fantastique qui met en scène avec inquiétude les relations du corps et de l'esprit.Crash est le sommet de sa veine fantastique:le fracas des tôles automobiles remplaçant les relations sexuelles.Il y a chez Cronenberg,une fascination pour les prothèses qui renvoient aux pouvoirs artificiels du cinéma.

A dangerous method est un film romantique où l'invention de la psychanalyse est montrée à travers l'affrontement entre Freud et son disciple Jung qui vit une relation passionnée avec une de ses patientes.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/98/48/19828696.jpg

Il est logique que Cronenberg s'interesse à la psychanalyse puisque Freud a ouvert la voie à une science qui construit la psychée comme un conflit entre les pulsions-essentiellement sexuelles-,le corps,et les interdits de la société.Dans le film,Freud,raisonnable,apparaît comme un bourgeois qui veut avant tout défendre son invention,Jung,lui,tourmenté par ses pulsions,se rebelle reprochant à Freud sa prudence.On retrouve l'affrontement classique chez Cronenberg du corps-les pulsions- et de l'esprit-la raison-.Il y a toujours chez lui une sorte d'excès du corps,de la pulsion qui épuise ses personnages,les pousse vers un devenir monstrueux.

 

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/79/98/48/19828687.jpg

Le film assez sage dans sa forme et malgré les performances de Fassbender et de Mortensen donne la curieuse sensation de voir une représentation appliquée des débuts de la psychanalyse.On ne croit jamais avoir Freud ou Jung devant les yeux.Seule le personnage de Keira Knigthley est véritablement incarné.Elle joue l'hystérie avec les postures que l'on connaît par les photographies d'époque des patientes de Charcot,le maître de Freud.Elle seule semble capable de se laisser aller à cet amour si controlé par Jung.On peut rêver de ce qu'aurait François Truffaut,un cinéaste lyrique, d'un tel scénario.Pas assez artiste,Cronenberg est un cinéaste qui n'a pas toujours dans sa mise en scène les moyens de réaliser sa thématique passionnante.

Repost 0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 20:05

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/64/27/19846315.jpg

Scorsese réussit après Shutter Island un film lyrique,un ode au cinéma à la fois didactique et virtuose.Au moment où le cinéma américain passe au numérique,il s'interroge sur les débuts mécaniques du cinéma,sur Méliès qui a inventé un cinéma de trucage et de magie.Il montre également les premiers films des frères Lumière considérés comme plus documentaires.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/64/27/19857018.jpg

La gare Montparnasse est un ile dans Paris comme Shutter Island,peuplée de personnages savoureux,c'est un espace vivant comme le cinéma en a rarement construit.Un labyrinthe que l'on arpente en 3D comme un jeu video.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/64/27/19864023.jpg

Si l'enfant est le héros du film,Hugo Cabret n'est pas seulement un film pour enfant mais une reflexion sur le mécanique en l'homme.Comme Shutter Island le film est une enquète sur l'identité où le monde créé par le film correspond à un monde-cerveau-cerveau malade de Di Caprio dans le précédent film-cerveau traumatisé par la perte de son père pour Hugo Cabret.Pour reprendre la distinction faite par de Deleuze,Scorsese est passé d'un cinéma du corps-avec sa violence-,la période de Niro des années 70-80 à un cinéma du cerveau-la période Di caprio.En se tournant vers l'enfance celle de l'homme et celle du cinéma,Scorsese nous livre son art poétique.Il nous montre que le cinéma a toujours été hier comme aujourd'hui une machine à fabriquer des images mentales qui peuvent nous hanter toute notre vie.

Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:21
Repost 0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 15:11

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/60/75/19840106.jpg

Indigent.Un père et sa fille vivent dans une cabane battue par le vent.Chaque jour ils mangent une patate chaude en se brulant les doigts.Après 6 jours et deux heures trente de film,le feu s'éteint mystérieusement et ils en sont réduits à manger des patates crues.Il vaut mieux revoir les harmonies Werckmeister où Bela Tarr inventait Bela Tarr et ne se parodiait pas encore.

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 08:13

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/81/98/98/19841064.jpg

Steve McQueen est un artiste plasticien comme le démontre la première image du film où il retrouve une image classique de la peinture:un corps nu,christique recouvert d'un drappé bleu.Son cinéma,très sensible aux matières,aux atmosphères est merveilleusement photographié.Sa maitrise des couleurs est exceptionnelle au cinéma.New York est n'a jamais été aussi bien filmé depuis le Manhattan de Woody Allen.

Ceci posé,le scénario qui raconte l'histoire d'une addiction au sexe,souffre d'un dolorisme hors de propos et d'un sérieux plombant qui disqualifie le film.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/81/98/98/19812108.jpg

Ce célibataire,riche trader,n'arrive pas à nouer de relations affectives avec les femmes et avec sa soeur.McQueen semble penser que c'est son addiction qui en est responsable mais le film ressemble à un chemin de croix,à une descente aux enfers qui convenait mieux à Hunger,le précédent film de l'auteur.Ici,cette grille de lecture christique apparaît hors de propos.A cet égard,la présence entêtante de la musique de Bach interprètée par Glenn Gould est une sérieuse faute de gout.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/81/98/98/19812110.jpg

Reste que fassbender est remarquable de présence et qu'il n'est pas désagréable de suivre un personnage qui séduit les femmes au premier regard.

 

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 07:33

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/64/08/55/19798422.jpg

Les aventures de Tintin n'est pas qu'un film pour enfant mais un vrai film de Spielberg qui approfondit sa relation avec la technologie du cinéma et avec la thématique de son oeuvre.Ce film d'aventure est un vrai film d'aujourd'hui,ni dessin animé,ni film avec acteurs et effets spéciaux comme Harry Potter.La technique de motion capture donne un équivalent satisfaisant à la bande dessinée.Mais le film va moins vite que l'album d'origine parce que le cinéma d'action,même centré sur  le mouvement est un art du temps alors que la bande dessinée,plus proche du langage écrit délivre son message directement.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/64/08/55/19707867.jpg

Le film adapte de façon habile le secret de la Licorne en empruntant plus au crabe au pinces d'or plutôt qu'au trésor de Rackham le Rouge.Il est donc centré sur la relation de Tintin avec le capitaine Haddock.Le film autorise une lecture psychanalytique:Tintin moi idéal pris dans l'action et Haddock malheureux ivrogne,bloqué au stade oral mais aussi véritable être humain,terrorisé par la Femme représentée avec beaucoup d'humour dans le film par la Castafiore.On retrouve la thématique de A.I où l'enfant robot à qui on a greffé des sentiments ne peut échapper au malheur.

http://images.allocine.fr/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/84/41/03/19822853.jpg

Avec Tintin,Spielberg n'est plus le cinéaste innocent de films d'aventures de ses débuts mais bien l'auteur d'une oeuvre complexe et plus profonde qu'il n'y paraît.En faisant de Haddock le vrai héros du film,il montre que son cinéma interroge la condition humaine.Même en passant par le cinéma d'animation.

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 07:22

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/17/19816052.jpg

Guédiguian est un  cinéaste politique.Il ressasse la fin des illusions de la Gauche française,ses paradoxes,sa paralysie.Il montre ce qui se passe sur le terrain-les quartiers populaires mais blancs de Marseille-.Son cinéma est documentaire mais c'est aussi un cinéma d'acteurs,il retrouve de films en films un trio magistral:Ariane Ascaride,Jean Pierre Darroussin et Gerard Meylan.Ses films sont faits également pour eux.Dans Les neiges du kilimandjaro,il a voulu leur faire cadeau d'un film qui leur permettre de transmettre des émotions...

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/17/19819677.jpg

Résultat,un scénario sentimental au-delà du raisonnable,un film sulpicien.Cette tentation chrétienne est de plus en plus présente dans son cinéma.Le cinéma de Gédiguian est un oxymore:un cinéma communiste chrétien.

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/94/17/19819675.jpg

Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 07:56

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/83/94/21/19796503.jpg

L'exercice de l'Etat est un thriller politique comme on en a jamais vu.Le film réussit à conjuguer une description documentaire de la vie d'un ministre et un rythme haletant,une course permanente contre la montre que vit ce ministre dans son ministère ou surtout en déplacement dans sa voiture.Il n'y a pas dans ce film d'intrigue artificielle mais la description d'un combat quotidien,politique,sur un projet de privatisation des gares ferroviaires.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/94/21/19835092.jpg

Le film montre bien la politique comme un art du possible avec une équipe qui travaille pour son ministre,ce ministre,tiraillé entre son ambition,ses projets sincères et la possibilité de faire passer son action auprès des médias,de la population et de son propre gouvernement.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/83/94/21/19835094.jpg

Le film est d'une surprenante violence,multiplication des accidents de la route filmés avec crudité,caratère brutal de la musique,montage syncopé.Dans chaque scène,le ministre est en but à l'hostilité face aux journalistes,aux grévistes,au premier ministre et au président de la république. Olivier Gourmet,Michel Blanc,Zabou Breitman réussissent à être parfaitement convaincants,s'effaçant complètement derrière leur personnage.Ue film qui a la tonalité d'un cauchemar,un film à décourager les vocations politiques.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens