Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 18:39

Relative déception,la cité interdite ne vaut ni héro ni le secret des poignard volants.Le film a beaucoup de mal à démarrer;les intrigues de cour malgré la beauté de Gong Li sont particulièrement ennuyeuses.

Gong Li. Société Nouvelle de Distribution (S.N.D.)

La fin du film renoue avec les grandes scènes de bataille des films précédents avec la même violence et la même morale inquiétante.L'individu n'est rien,la femme pas grand chose,seul compte le Roi qui incarne l'Etat.Des films que l'on ne peut même pas qualifier de pré démocratiques qui dans leur luxe et leurs effets de foule rappellent de sinistres mise en scène digne des pires totalitarismes.Zhang Yimou met son grand art (pompier) au service de l'Etat.

Société Nouvelle de Distribution (S.N.D.)



Repost 0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 21:15

Wild Bunch Distribution

Un film raté.Ozon n' a pas eu le courage d'assumer le romantisme du roman d'Elisabeth Taylor qu'il a choisi d'adapter.

Romola Garai. Wild Bunch Distribution

L'intrigue en vaut une autre:celle d'une jeune fille douée pour écrire des romans à l'eau de rose qui fait fortune grace à ses succès littéraires mais qui gache sa vie parce qu'elle confond ses romans et la réalité.

Ozon se bouche le nez en filmant cette adaptation.Voulant comme Fassbinder,réssuciter le mélodrame à la Douglas Sirk,il échoue par manque de naïveté.Il construit des décors d'un kitsch insupportable et fait évoluer ses personnages devant sa caméra sans leur permettre de s'épancher.Il prend une trop grande distance avec leurs émotions et le film devient une suite de scènes mécaniques,une fiche de lecture d'un roman ridicule.



Repost 0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 20:38

UGC

L'un des plus beau film de Téchiné servi admirablement par un quintette d'acteurs extraordinaires.Il ne s'agit pas d'un film sur le Sida mais d'un film sur l'Amour au temps du Sida. 

Johan Libéreau, Michel Blanc et Emmanuelle Béart. UGC

La grande force du film vient de ce que les personnages vivent leurs passions,leurs amours,leurs métier ou leur art avec des sentiments fluctuants qui échappent à la psychologie ou à la sociologie.

Les nuances infinies dont sont capables ces personnages,leur cheminement à travers les joie,les doutes et le deuil sont parfaitement filmés.

Johan Libéreau et Sami Bouajila. UGC

Toutes les formes d'amour sont montrés:platonique,conjugal,maternel,fraternel,homo et héterosexuel sans moralisme avec une urgence liée à la présence de la maladie et la mort.

Emmanuelle Béart. UGC

La photographie très saturée du film,la pellicule est comme brulée,rend exactement le sentiment d'intensité de la vie que donne le film.



Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 07:36

Warner Bros. France

Avec Lettres d'Iwo Jima,Eastwood réalise son chef d'oeuvre testamentaire.Autant mémoires de nos pères apparaissait comme un film démonstratif ,sans émotion,autant Lettres d'Iwo Jima est une méditation sur la mort et l'héroisme qui sonne juste. 

Ken Watanabe. Warner Bros. France

C'est l'histoire de soldats japonais qui mènent une bataille perdue d'avance sur l'ilot de Iwo Jima.Eastwood en fin de carrière montre avec compassion les ennemis de l'Amérique.

Cela rappelle la carrière de John Ford qui a montré les indiens comme des ennemis à ses débuts et qui a terminé son oeuvre en tournant Les cheyennes qui raconte le martyr de la nation indienne.

Le vent de pacifisme qui souffle sur Holywood en ce moment explique peut être qu'Eastwood renvoie les deux camps-américains et japonais-dos à dos.Il oublie au nom de l'horreur de toute guerre de rappeler dans son film que le Japon était une nation belliqueuse,alliée d'Hitler,responsable de terribles crimes de guerre en Asie avant la seconde guerre mondiale.

Eastwood s'est toujours interrogé sur l'héroisme et sa représentation au cinéma.Elle a toujours été décalée chez lui,dès les films ironiques de Sergio Leone inspirés par les films japonais de Kurosawa.Dans les westerns spaghetti,la distanciation par l'humour faisait passer un surcroît de violence à l'écran.

Ken Watanabe et Hiroshi Watanabe. Warner Bros. France

Lettres d'Iwo Jima est un film mystérieux.Face à la mort,tous ses personnages deviennent des héros.Ceux qui se suicident comme cela leur a été inculqué,celui qui parle aux américains parce qu'il les a connu avant guerre ,le simple boulanger un peu lâche mais finalement le seul à survivre et le général qui a compris parce qu'il a vécu en Amérique que le Japon ne gagnerait pas la guerre.

Ce général a essayé de mettre au point la défense la plus efficace,la plus rationnelle possible avec la conscience de son absurdité puisque la bataille était perdue d'avance.Ce héros fantomatique quasi christique -curieux pour un japonais-est le véritable héros Eastwoodien,celui qui à la connaissance du Mal qui le prend sur lui et qui se bat avec la force de celui qui sait.Pour Eastwood,il n'est pas nécessaire de croire à la victoire pour se battre,c'est la grandeur de la condition humaine.

Ken Watanabe. Warner Bros. France

Les films d'Eastwood sont toujours plus crépusculaires.L'image ici est en couleurs sombres et terreuse presque en noir et blanc.Le film est violent mais sans complaisance.Il y a un détachement,une élégance que l'on peut de qualifier de cool comme le jazz des années 50.Des scène sont marquantes:l'arrivée du cavalier sur l'ilot désolé,les suicides collectifs à la grenade,le soldat qui attend l'ennemi avec des mines sur lui pour le faire exploser et qui regarde le ciel comme Le prince André de Guerre et Paix de Tolstoi,la mort du général.

Il y a dans ce film de guerre un terrible douceur,un recueillement comme une prière face à la mort. 



Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 17:05

 Les Films du Losange

Lars von Trier revient avec un petit film qui comme beaucoup de ses oeuvres est une réflexion sur le groupe,le pouvoir et l'art.Il raconte l'histoire d'un directeur d'usine qui engage un acteur pour jouer son personnage de directeur devant ses employés parce qu'il n'a pas le courage d'assumer devant eux les décisions désagréables qu'il prend à leur encontre. 

Fridrik Thor Fridriksson et Jens Albinus. Les Films du Losange

La mise en scène est brute et rappelle le Dogme.L'humour est constant grace à l'Acteur qui flotte dans son rôle de directeur.Il prend son rôle au sérieux sans se rendre compte au départ et à la fin de l'importance réel de ce rôle.L'homme paille qu'il incarne finit par détenir le pouvoir et par l'utiliser avec une inconscience criminelle. 

Les Films du Losange

Lars von Trier est toujours un scénariste habile qui sait raconter une histoire,la faire évoluer et la conclure comme peu de cinéastes aujourd'hui.Et son film a quelquechose de lunaire assez sympathique-malgré une bonne dose de misogynie- lié peut être à l'automavision,un système de cadrage aléatoire des plans.

Une fois encore Lars von trier s'en prend à l'Artiste qui se met en marge de la société,qui a une foi absurde dans son Art et dont on ne peut attendre rien de bon.Son système d'automavision fait partie de cet effort pour faire venir de l'imprévu dans le plan,éviter une maitrise académique et ne pas tomber dans le narcissisme du piètre comédien du film.



Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 16:52

Affiche teaser américaine. Paramount Pictures France

Un film gagne toujours a être musical.Dreamgirls ne fait pas exception à la règle.

Eddie Murphy, Anika Noni Rose, Beyoncé Knowles et Jennifer Hudson. Paramount Pictures France

Malgré ses défauts:un début baclé sans intéret,un scénario sirupeux et mélo,une musique remixée sans authenticité,des acteurs portant des prothèses capillaires ridicules,le film a une energie qui emporte le spectateur et lui fait passer un bon moment.

Paramount Pictures France

Mention spéciale à Eddie Murphy extraordinaire dans son rôle à la James Brown.



Repost 0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 09:39

Laura Dern. Mars Distribution

Lynch est un maître du cinéma mais Inland Empire est raté.Son film est un remake de Mullholland drive déja un remake de Lost Highway et ces oeuvres perdent en nouveauté et en intérêt à chaque étape.

Inland Empire est une suite d'images mentales qui mêlent différent niveau de récit.Se mélangent les images de la vie d'une actrice,du film dans lequel elle joue,du film polonais dont ce film est le remake et des conditions de leur production.

Lynch bouleverse l'espace et le temps et réalise un film-rêve où les décors s'emboitent sans logique et où le temps est replié sur lui-même.

L'absence de toute intrigue policière contrairement à celles qui structuraient Lost Highway et Mullholland fait terriblement défaut.

Laura Dern et Justin Theroux. Mars Distribution

L'image vidéo est floue et hideuse.Aucune scêne inoubliable.Un petit tas de fantasmes sur le cinéma,Hollywood,la prostitution,l'Europe de l'Est,Kafka,Freud,le lesbianisme,le narcissisme.

Le film rappelle Shining pour la part prise par les décors et la déconstruction de l'univers conjugal.

Le flou des images rappellent les oeuvres de Gus Van Sant dont le gout pour la performance artistique remplace le désir de communication qui existe habituellement dans le cinéma.

Laura Dern. Mars Distribution

Lynch se veut un artiste et un artiste plasticien mais il ne faudrait pas qu'il fourvoie son cinéma dans des expériences où la performance-l'intention-prennent le pas sur la réalisation. 



Repost 0
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 07:36

La  vie des autres est un film sérieux et passionnant sur l'état policier qu'était l'Allemagne de l'Est.Le film montre ce qu'était le totalitarisme,comment tous les habitants qui ne quittaient pas le pays étaient forçés de collaborer avec le pouvoir et particulièrement les intellectuels.Et comment les idéaux de la révolution étaient détournés par la clique au pouvoir.

Ulrich Mühe. Océan Films

Le film raconte l'histoire d'un espion qui se met à aimer le couple qu'il espionne et qui intervient dans sa vie pour l'aider avec comme conséquence une catastrophe que son intervention a précipité.

Sebastian Koch et Martina Gedeck. Océan Films

Loin des facilités de Good bye Lenine,La vie des autres donne une image vraie de la dictature,il montre que les sentiments même ceux d'un espion ne sont jamais totalement éteints et restent le lieu de la liberté de l'individu.Une réponse à des films comme AI et Coeurs qui dénoncent les sentiments qui plombent la rationalité.

Le seul reproche que l'on peut faire au film est un certain manque d'invention dans la forme du scénario et de la mise en scène qui en fait un objet de cinéma moins interessant que son propos.



Repost 0
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 08:26

United International Pictures (UIP)

Bluette sentimentale ciblée pour un public romantique et fleur bleue dont nous ne faisons pas partie.Peu de cinéma là dedans.

Jude Law et Cameron Diaz. United International Pictures (UIP)

Cameron Diaz en fait trop mais avec tempérament et Kate Winslet n'est pas gatée par le scénario.C'est à peine visible. 

Kate Winslet. United International Pictures (UIP)



Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 07:58

Metropolitan FilmExport

Ce nouveau monde est un naufrage où la belle image distille un ennui éprouvant.Le film ne raconte rien et met en place de manière à la fois naïve et édulcorée un affrontement entre de bons sauvages et des anglais soit disant civilisés.

Q'orianka Kilcher. Metropolitan FilmExport

L'innocence de la nature et de Pocahontas confine à l'idiotie.Cette Pocahontas capable d'apprendre l'anglais sans efforts grace à la force de son amour.

Colin Farrell. Metropolitan FilmExport

La pose et l'académisme aggravés par une musique anachronique et sirupeuse caractérisent ce film raté.



Repost 0

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens