Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:04
The big short: le casse du siècle

The Big short est un film choral qui montre et explique comment des traders ont anticipé la crise des subprimes en 2005 et en pariant sur l'éffondrement du système bancaire ont gagné beaucoup d'argent.

Le film est tourné comme un reportage télé, caméra sur l'épaule. Les acteurs en font des tonnes mais leurs numéros sont réjouissants. Le film réussit à être didactique et passionnant,c'est rare.

The big short: le casse du siècle
Repost 0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 07:51
Le pont des espions

Spielberg après Lincoln continue de brosser le portrait du héros américain qui defend la constitution américaine pour les droits civiques.

Mais Le pont des espions montre un homme ordinaire, un personnage à la Capra,très bien interprété par Tom Hanks qui défend ses valeurs de façon obstinée avec succès.En cela le film est supérieur à Lincoln dont l'incarnation d'un Grand Homme par Daniel Day Lewis n'était pas très convaincante.

Lincoln était un politique qui n'hésitait pas à utiliser le mensonge pour arriver à ses fins.L'avocat interprété par Tom Hanks ne transige jamais. Ce besoin de héros positif chez Spielberg comme Schindler qui donnait une image déformée de la Shoah est une faiblesse. Sa nostalgie de la guerre froide où les camps du Bien et du Mal était bien défini paraît bien naïve par rapport à la situation du monde actuel.Munich à cet égard était plus interessant. Le savoir faire de Spielberg reste impressionnant mais le film manque de subtilité.

Le pont des espions
Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 07:46
Mia Madre

Mia Madre est un des meilleurs films de Nanni Moretti. Nous retrouvons son cinéma intime et sa perplexité face à la vie comme cinéaste, homme de gauche et fils d'une mère qui se meurt.

Il montre trois femmes,de la grand-mère à la petite fille courageuses face à l'ordinaire de la vie.La modestie du film est sa plus grande qualité.

En confiant le rôle du cinéaste à Margherita Buy-sensible et sobre-, il évite un certain narcissisme qui pouvait gêner dans des films comme Aprile.

Il réussit dans Mia Madre un autoportrait sincère, équilibrant drame et comédie grace au personnage de John Tuturro,épatant.

Comme le pape dans Habémus papam, Moretti a la tentation de tout laisser tomber mais le film se termine dans une acceptation douloureuse et sereine.

Mia Madre
Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 08:00
Belles familles

Le scénario de Belles familles est aussi vivant qu'un acte notarial. Même le très inventif Amalric est annihilé par une mise en scène purement fonctionnelle.Une comédie sans humour,ni fantaisie.

Belles familles
Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 07:51
L'homme irrationnel

Woody Allen dans sa meilleure veine: celle du conte philosophique. L'homme irrationnel montre un professeur de philo qui trouve une issue à sa dépression en préparant un crime presque parfait et presque gratuit.

Ce film a une trame policière ce qui lui donne du suspense et de la tension singulièrement absents des derniers films du cinéaste.

On peut voir l'homme irrationnel comme un autoportrait où comme son héros, Woody Allen trouve dans l'action-l'écriture et le tournage frénétique de films- un remède au vide existentiel qui lui donne le vertige. Et contrairement au film précédent qui était un hymne un peu béat à la magie et à l'amour, ce film-ci, malgré la présence de deux femmes séduisantes qui veulent à tout prix réconcilier le philosophe avec la vie déploie une vraie noirceur mais avec légèreté. A noter que la voix off souvent envahissante dans les films des dernières années est ici utilisée de façon intelligente et retorse.

L'homme irrationnel
Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 07:48
Vers l'autre rive

Kiyoshi Kurosawa est un cinéaste passionnant parce qu'il a un univers cinématographique personnel.L'écran pour lui est une surface de projection d'images enregistrées du monde réel et simultanément une interface avec le monde des rêves, des idées et des fantomes. Loin de la boursuflure du cinéma fantastique américain et de ses super héros, il réalise un cinéma fantastique qui illustre le concept d'inquiétante étrangeté du quotidien.

Vers l'autre rive est un road movie qui montre le parcours d'un couple à travers le Japon. La femme veuve depuis 3 ans est accompagnée dans son périple par le fantôme de son mari. Ils rencontrent des personnes que le mari a connu et qui vivent difficilement un deuil. Ce film poétique se deploie lentement (trop ?) vers une conclusion triste et apaisée.

Vers l'autre rive
Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:17
Les deux amis

Une variation sensible et drôle sur Jules et Jim magnifiée par la présence lumineuse de Golfishteh Farahani. Le personnage interprété par Vincent Macaigne est drôle mais agaçant de médiocrité. Un film léger et grave à la fois.

Les deux amis
Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 10:53
Youth

Il y a un cas Sorrentino: ce cinéaste de talent veut renouer avec un cinéma qui décrit une aventure existentielle comme le faisaient Fellini ou Visconti autrefois, mais malgré un vrai sens de la mise en scène et un casting excellent, il échoue.

L'échec vient de ce qu'il force le film à porter un message-une philosophie à la Houellebecq: la perte de sens pour le mâle occidental -en utilisant la voix off et les dialogues de façon lourde et volontariste.

Les grands films se caractérisent par une forme qui permet d'entrevoir un sens philosophique ou métaphysique mais ce sens n'est que suggéré.Le "message" est un motif caché qui donne à l 'oeuvre une épaisseur qui enrichit le film. Le message lui-même est souvent banal sans grand intérêt mais il donne son film son épaisseur. Dans une interview, Chantal Akerman disait qu'elle jetait ce qui lui paraissait trop clair dans son film. Ce qu'elle cherchait c'était que son inconscient communique avec celui de ses spectateurs.

Sorrentino ne fait pas assez confiance à son cinéma.De peur de ne pas se faire comprendre, il simplifie les situations et ses films paraissent naïfs au regard de leurs ambitions. Sorrentino fait penser à Claude Lellouch, cinéaste passionnant tant qu'il ne veut pas asséner ses vérités à son public.

Youth
Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 07:22
Dheepan

Dheepan est une palme d'or en prise avec l'actualité puisque le film traite de l'arrivée en France de réfugiés.

Audiard avec un savoir faire évident mêle constat social et film d'action.

D'une pudeur maladive, il décrit la noirceur du monde mais refuse l'émotion. C'est la limite de son cinéma techniquement impeccable dont la froideur laisse le spectateur à distance.

Dheepan
Repost 0
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 11:17
While we're young

Ce film n'est pas une comédie mais une réflexion amère et un peu rance sur le milieu des documentaristes New-yorkais . Si l'ambiance est bien rendue, le manque de rigueur du scénario ne permet pas au film de dépasser les clichés du genre.

While we're young
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de cine-fils
  • Le blog de cine-fils
  • : Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
  • Contact

Recherche

Liens